Retour à l'accueil

 

Menu de navigation principal

Accès à vos comptes

:

:

Sécurité | Problème de connexion

  • Autre moyen d'authentification
  • DécouvrirFilbanqueSouscrire

    Menu de navigation secondaire

    > cic.fr: Banque Transatlantique > Nos publications > Bons de souscription de parts de créateur d'entreprise

    Entrepreneuriat

    Les bons de souscription de parts de créateur d'entreprise

    Dans un contexte d'alourdissement de la fiscalité des particuliers, le maintien du régime fiscal dérogatoire applicable aux bons de souscription de parts de créateur d'entreprise confirme l'attractivité de ce mode de rémunération.

    Mécanisme du bon de créateur d'entreprise

    Le mécanisme consiste à octroyer des bons à certains salariés. Ils ouvrent droit à l'acquisition d'actions de la société émettrice durant une période déterminée et pour un prix fixé de manière intangible lors de leur attribution.

    Les titres sont émis au fur et à mesure de l'exercice des bons, c'est-à-dire des demandes de souscription des bénéficiaires accompagnées du versement du prix correspondant. L'exercice de ces bons n'entraîne aucune imposition : l'impôt n'est dû qu'en cas de revente des titres.

    Une alternative aux modes de rémunération traditionnels

    Les bons de souscription de parts de créateurs d'entreprises ont été créés afin de diversifier les outils de rémunération offerts aux petites et moyennes entreprises innovantes à fort potentiel de croissance. Ils permettent à ces sociétés de s'attacher le concours de salariés qu'elles ne pourraient s'offrir compte tenu de leur faible surface financière.

    Ce type d'actionnariat salarié est rendu attractif par le régime fiscal applicable en cas de revente de ces actions : les salariés peuvent, sous condition, soumettre la plus-value de cession de ces titres au taux forfaitaire de 19%.

    Une attractivité confirmée

    Depuis le 1er janvier 2013, les plus-values de cession de valeurs mobilières sont normalement soumises au barème progressif de l'impôt sur le revenu, après abattement pour durée de détention. Parallèlement, le taux marginal de cet impôt atteint désormais 45%.

    Dans ce contexte, le maintien du régime fiscal de faveur applicable aux bons de créateurs d'entreprises accroît l'intérêt de ce dispositif pour les salariés qui disposent de compétences de haut niveau. Pour ceux-ci, tout revenu supplémentaire est susceptible d'être soumis aux tranches d'imposition de 41% ou de 45%.

    Régime fiscal dérogatoire en cas de revente des titres

    Le gain net imposable est égal à la différence entre le prix d'acquisition du titre et le prix de cession. Lorsque le vendeur exerce ses fonctions dans la société depuis plus de trois ans à compter de la date d'acquisition le taux forfaitaire d'imposition est de 19%, sinon il est de 30%.

    Ce régime peut s'avérer plus avantageux que celui des stock-options dont le gain de cession est intégralement soumis au barème progressif de l'impôt sur le revenu. La comparaison devra également prendre en compte, dans les deux cas, l'incidence des prélèvements sociaux au taux de 15,5%.

    Conditions d'application du dispositif

    Afin de pouvoir émettre de tels bons, la société doit satisfaire certaines conditions relatives notamment à son âge (immatriculation depuis moins de 15 ans), à sa forme (société par actions uniquement), à sa capacité financière (société non-cotée ou société dont la capitalisation est inférieure à 150 M€) et à la répartition de son capital (détenu, pour 25% au moins, par des personnes physiques ou par des personnes morales elles même directement détenues pour 75% au moins de leur capital par des personnes physiques).

    Les bénéficiaires de ces bons doivent être des salariés ou des dirigeants soumis au régime fiscal des salariés, de la société ou d’une filiale détenue à au moins 75% (sous conditions).

    Nous contacter
    Toutes les coordonnées pour contacter la Banque Transatlantique.

    © Banque Transatlantique - février 2016

     
    Réalisation RSS