XX/XX/2015

Interview Webcam |

Bureaux de représentation : L'Italie

Le CIC accompagne les entreprises françaises qui souhaitent se développer sur de nouveaux marchés avec l'appui de ses 40 bureaux de représentation à travers le monde. Nos représentants à l'étranger parlent de leur pays, des tendances du marché, de l'intérêt pour une entreprise française de s'y développer et de leur expérience sur le terrain...

Transcription de la vidéo

La situation économique

Présentation

LC : Bonjour, je suis Luigi Caricato, et je travaille au bureau de représentation de Milan depuis 7 ans.

Question 1 : Quelles sont selon vous les grandes tendances du marché italien ?

LC : Depuis les dernières années de crise économique et financière, il y a une certaine reprise. On prévoit enfin la croissance du côté italien, on est toujours le quatrième pays manufacturier au monde, donc tout ce qui est les secteurs fondamentaux comme le textile, l'automobile, la mécanique, l'électronique... ce sont des secteurs dans lesquels l'Italie est toujours à la pointe. Pour les entreprises françaises, les secteurs pour lesquels les Italiens sont fortement demandeurs sont toujours les secteurs de la cosmétique, du luxe, des appareils médicaux, ce sont les grandes tendances depuis quelques années.

Les opportunités pour une entreprise française

Question 2 : Que représente le marché italien en termes d'opportunités pour une entreprise française qui souhaite venir se développer là-bas ?

LC : L'opportunité, c'est qu'il s'agit d'un marché de proximité et un marché qui a une taille équivalente à celle de la France : 60 millions de consommateurs, et un pays mature d'un point de vue de la demande de produit donc surement un marché qui est pour certains aspects assez similaire au marché français. Il y a de petites différences dont il faut tenir compte.

L'accompagnement du bureau de représentation

Question 3 : Donc le rôle de votre bureau, c'est notamment d'accompagner sur place le développement d'entreprises françaises et donc de leur faire gagner du temps...

LC : Bien sûr notre rôle est avant tout d'accompagner les clients, les entreprises françaises dans leur développement export et surtout de leur faire gagner du temps. Mais je dirais que la partie conseil est également fondamentale. Pour citer un exemple, on parlait tout à l'heure du secteur automobile. Nous avons un client dans le secteur de l'automobile et du ferrovière qui souhaitait entrer en contact avec des distributeurs italiens du secteur. Notre équipe, qui connaît très bien ce secteur d'activité a conseillé le client plutôt sur une recherche d'agent. Parce que dans ce secteur, passer par un agent est incontournable. Et effectivement, au final, l'agent s'est révélé être le meilleur choix possible.

Relance : Grâce à cet agent, où en est l'entreprise aujourd'hui ?

LC : Cette entreprise travaille aujourd'hui régulièrement avec les sous-traitants des équipementiers italiens. Et elle a presque doublé son chiffre d'affaires.

Question 4 : Si vous deviez résumer en quelques mots l'accompagnement que vous proposez, que diriez-vous ?

LC : Du conseil pour bien approcher les marchés italiens, un accompagnement personnalisé et le fait que nous faisons gagner du temps aux PME parce que l'on a une équipe totalement bilingue, experte dans tous les secteurs économiques italiens, qui a la possibilité d'être sur le terrain à la place d'un commercial export que l'entreprise française devrait embaucher, par exemple.

Vos conseils

Question 5 : Pour conclure, quel conseil donnez-vous pour bien mener un premier rendez-vous commercial en Italie ?

LC : Les recommandations que je peux donner, c'est de présenter une documentation très soignée et d'attacher un peu d'importance à la présentation vestimentaire. Il ne faut pas que le client français s'attende à ce que sa contrepartie italienne entre dès le premier rendez-vous dans le vif du sujet et souhaite tout de suite finaliser avec un contrat. Parce que souvent, en Italie, il s'agit d'un travail de longue haleine mais qui donne souvent satisfaction à moyen ou long terme. Donc, il faut être patient.

LC : (en italien) Bienvenue en Italie et pour ceux qui souhaitent venir : à bientôt !

Repères économiques en 2014 (prévisions 2015)

Italie

  • PIB Nominal : 2 146 Mrd$
  • PIB/habitant : 35 115$
  • Taux de croissance : -0,4% (0,6%)
  • Taux de chômage : 12,7% (12,3%)
  • Inflation : 0,2%
  • Solde commercial : 3,1% du PIB

1 - Sources : OCDE