XX/XX/2015

Interview Webcam |

Bureaux de représentation : le Royaume-Uni

Le CIC accompagne les entreprises françaises qui souhaitent se développer sur de nouveaux marchés avec l'appui de ses 40 bureaux de représentation à travers le monde. Nos représentants à l'étranger parlent de leur pays, des tendances du marché, de l'intérêt pour une entreprise française de s'y développer et de leur expérience sur le terrain...

Transcription de la vidéo

Interview Webcam du bureau de représentation à Londres

Question 1 : Géraldine Dibon, bonjour... Nous sommes connectés avec vous à Londres, vous êtes responsable du bureau de représentation du Royaume-Uni. Depuis combien de temps vivez-vous à Londres ?

GD : Ca fait 10 ans maintenant que je vis à Londres, avec des voyages dans le pays, mais effectivement 10 ans que je suis installée dans la capitale londonienne.

Question 2 : Au regard de votre expérience, quelles sont les grandes tendances du marché sur place ?

GD : Le Royaume-Uni, c'est d'abord l'une des nations les plus importantes du commerce international avec un marché très diversifié, très développé. Et malgré une politique de rigueur qui est actuellement en place, il y a un certain dynamisme qui reste présent dans le pays avec des secteurs à forte valeur ajoutée. On a aussi bien une activité qui est connue pour une industrie de services qui représente environ 76% du PIB mais le Royaume-Uni, c'est aussi une industrie extrêmement dynamique qui représente même 20% du PIB national.

Cette industrie britannique, elle est extrêmement dynamique notamment dans l'aéronautique, dans l'énergie - qu'elle soit renouvelable ou nucléaire - dans la pharmaceutique... Il y a tout un tas d'opportunités à saisir là pour les entreprises internationales.

Question 3 : Dans ce contexte, quel est l'intérêt pour une entreprise française de venir s'implanter là-bas ?

GD : L'intérêt est multiple : il est d'abord que le Royaume-Uni constitue 62 millions d'habitants, donc un marché aussi grand que la France et qui recèle d'autant d'opportunités pour une entreprise française.

Question 4 : De façon concrète, comment aidez-vous les entreprises françaises à venir conquérir le Royaume-Uni ?

GD : De façon concrète, notre vocation ici à Londres est de mettre en avant les atout d'une entreprise française qui est notre cliente - auprès d'acteurs locaux - en fonction de leurs besoins, de leur stratégie et aussi de leur culture, qui nous est à nous, familière, puisqu'elle est notre quotidien. Pour vous donner un exemple précis, une des entreprises pour lesquelles nous avons travaillé récemment est une entreprise industrielle spécialisée dans la machine-outil. Elle a voulu établir sa stratégie d'approche du Royaume-Uni avec nous, et pour cela, nous avons d'abord abordé avec elle l'aspect de la concurrence, à savoir comment placer son activité de manière compétitive par rapport à la concurrence en place ; et puis ensuite, nous avons abordé les opportunités que pouvaient receler les principaux secteurs clients au Royaume-Uni pour cette société.

Une fois ce potentiel d'opportunités établi, nous avons cherché avec elle les acteurs locaux et les partenaires potentiels qui seraient cohérents et nous lui avons fait rencontrer ces partenaires pour développer ensuite son activité dans le pays.

Question 5 : À quel stade en est aujourd'hui cette entreprise ?

GD : Aujourd'hui cette entreprise a développé un certain courant d'affaires si bien qu'elle va bientôt s'implanter dans le pays.

Question 6 : Pour finir, quel est votre conseil pour aborder un premier rendez-vous commercial au Royaume-Uni ?

GD : Le conseil que l'on donne le plus souvent, c'est de retenir la règle des 3 P : Les 3 P, c'est tout d'abord la Politesse, avec comme premier aspect la ponctualité : arriver à l'heure à un rendez-vous au Royaume-Uni est extrêmement important. Ne pas hausser le ton pendant le rendez-vous et toujours rester dans la négociation plutôt que dans le conflit, car le Britannique va rejeter de manière constante le conflit ouvert. Le 2e P, c'est le Pragmatisme : en rendez-vous, n'hésitez pas à démontrer le service ou le produit que vous venez présenter à votre interlocuteur. C'est extrêmement important, car le Britannique privilégie la démonstration à 10 000 paroles. Et puis le 3e P, c'est la Patience. Effectivement, le marché britannique est un marché sur lequel il faut envisager les choses de manière pérenne et durable. C'est une preuve de sérieux, de professionnalisme. Les Britanniques ont horreur de ce qu'ils appellent le « one shot ». Il faut aller là-bas de façon durable, en montrant que les opportunités sont certes à saisir, mais que pour vous, elles font partie d'une stratégie à long terme.

Géraldine Dibon, merci !

GD : See you soon in London !

Repères économiques en 2014 (prévisions 2015)

Royaume-Uni

  • PIB Nominal : 2 950 Mrd$
  • PIB/habitant : 45 671$
  • Taux de croissance : 3% (2,6%)
  • Taux de chômage : 6,2% (5,5%)
  • Inflation : 1,5%
  • Solde commercial : -6,7% du PIB