Travailleurs Non-Salariés |

Assurance vie & retraite : pourquoi sont-elles faites l'une pour l'autre ?

Le placement préféré des français

Si l'assurance vie reste le placement préféré des français, c'est sans aucun doute qu'elle répond aux besoins de l'épargnant à plusieurs étapes-clés de sa vie : études des enfants, constitution d'un capital, transmission de patrimoine. C'est aussi une solution d'épargne qui fait l'unanimité pour préparer sa retraite. Libre à chacun d'opter pour le contrat qui convient à ses objectifs.

La retraite n'attend pas : plus vous investissez tôt, mieux c'est !

Il est de l'intérêt de tous, y compris les jeunes actifs, d'épargner au plus tôt pour mieux vivre sa retraite. Accessible à tous, l'assurance vie séduit par ses avantages, même si quelques idées reçues persistent encore.

Gérer un imprévu ? C'est possible !

L'argent placé sur un contrat d'assurance vie reste partiellement ou totalement disponible à tout moment. Toutefois il est vivement conseillé de mener son contrat à terme (au minimum 8 ans) pour bénéficier pleinement des avantages fiscaux du contrat.

Profiter d'une fiscalité attractive

L'assurance vie est un placement qui offre aujourd'hui une fiscalité attrayante. En effet, les intérêts ne sont pas fiscalisés au titre de l'impôt sur le revenu sauf en cas de rachat.

Imposition des revenus du contrat d'assurance-vie (conclu à partir du 26 septembre 1997)
Durée du contrat au moment du retrait Imposition des revenus du contrat d'assurance vie
Moins de 4 ans Imposition au barème progressif de l'impôt sur le revenu, ou sur option, au prélèvement libératoire de 35%.
Entre 4 et 8 ans Imposition au barème progressif de l'impôt sur le revenu, ou sur option, au prélèvement libératoire de 15%.
Plus de 8 ans Cas général Abattement annuel de 4 600 € (9 200 € pour un couple). L'éventuel excédent est intégré au barème de l'impôt sur le revenu, ou, si vous avez choisi le prélèvement libératoire, imposé au taux de 7,5%. Si vous avez choisi le prélèvement, l'abattement vous est restitué sous forme de crédit d'impôt. Contrats investis en actions Exonération

Choisir entre capital et rente

Une fois la retraite venue, le détenteur peut récupérer son épargne valorisée des intérêts en une seule fois ou demander la conversion de son capital en rente viagère. Son versement court alors jusqu'au décès du souscripteur. II a également la possibilité de faire un rachat partiel libre ou programmé, ce qui présente l'avantage de maintenir le contrat ouvert pour continuer à le faire fructifier.

Transmettre un capital

En matière de transmission, l'assurance vie n'entre pas dans le cadre d'une succession. Sous certaines conditions et dans la limite de certains montants, elle permet parfois d'échapper aux droits de succession. Lors de la conclusion du contrat, le souscripteur peut désigner librement le(s) bénéficiaire(s) de son choix et les modalités. Cette clause bénéficiaire reste modifiable à tout moment.

1 Étude mai 2015 : Le Cercle de l'Épargne