Économie et marchés financiers

Économie et marchés financiers : point de situation

La réouverture progressive des économies dans les principaux pays du monde, depuis la première quinzaine du mois de mai pour la plupart d'entre eux, s'effectue sans rebond significatif du nombre de personnes touchées par le Covid-19. Ces nouvelles favorables sur le plan sanitaire permettent d'envisager la poursuite du déconfinement.

La poursuite du déconfinement devrait être confirmée en France ces prochains jours.

La durée de la fermeture a fortement pénalisé les entreprises, comme en témoignent les derniers indicateurs d'activité publiés depuis une semaine. Ces derniers remontent, mais restent en territoire de contraction, comme par exemple les indices PMI pour la zone euro en fin de semaine dernière, ou l'indice IFO pour l'Allemagne hier.

Il faudra davantage de confiance et de visibilité pour que le niveau d'activité s'approche de celui observé avant la crise, ce qui ne devrait survenir qu'en 2021, pour un retour au point de départ début 2022 seulement.

La poursuite de la détente en termes sanitaire s'accompagne d'un regain de confiance sur les marchés financiers : ce qui porte le cours du baril de pétrole et oriente de nouveau les marchés d'actions à la hausse.

Les banques centrales restent quant à elles très présentes et limitent l'ampleur du rebond des taux des obligations souveraines, facilitant le refinancement de la dette des États.

Les prochains jours seront marqués par la communication du projet de budget 2021-2027 par la Commission européenne. Il devrait contenir un volet inhabituel permettant de financer des mesures de relance économiques au niveau de l'Union européenne.

Le débat entre la France et l'Allemagne - qui ont fait une proposition à hauteur de 500 milliards d'euros la semaine dernière - et les autres pays du nord de l'Europe reste tendu.

Il s'agira de trouver un compromis entre mesures d'aides sans contrepartie et soutien via l'octroi de prêts bon marché, afin que la confiance envers la zone euro reste élevée. C'est pour l'instant le cas, à la lecture de l'orientation de l'euro, qui a progressé à 1 € = 1,10 $.