Actualité financière

Rayons de soleil

Les trois sociétés qui occupent les trois premières places en termes de capitalisations boursières (100 Md € environ chacune) du CAC 40, ont annoncé d'excellents résultats pour l'exercice 2016. Ces sociétés vont proposer à leurs Assemblées Générales une hausse de leur dividende. Incitation à l'optimisme ?

Total, en dépit d'une conjoncture très difficile en raison de la volatilité du prix du baril de pétrole qui a évolué entre 27$ et 58$, a réalisé un résultat net ajusté de 8,3 Md de $ qui le place devant Shell (7,2 Md), BP (2,6 Md), Chevron (1,8 Md) et juste derrière Exxon (9,9 Md).

L'Oréal, portée par son secteur luxe (Yves Saint Laurent, Lancôme) et par le e-commerce a réussi à faire progresser son chiffre d'affaires de 4,6% et son résultat d'exploitation de 17,6% à 4,5 Md€.

LVMH a vu son chiffre d'affaires progresser de 9% et son résultat net de 11% à 4 Md€.

De plus, ces sociétés vont proposer à leurs Assemblées Générales un dividende en hausse respectivement de 1,6%, de 6,5% et 13%. Elles marquent ainsi leur confiance dans l'avenir.

Ces bons résultats ne doivent pas cacher ceux de leurs confrères tout aussi excellents comme Legrand, Renault, BNP, Sanofi, Michelin.

Quelques jours auparavant le « vieux » Dow Jones avait franchi pour la première fois de son existence, le niveau de 20 000 lui qui était au niveau de 10 000 en 1989 et 10 00 en 1972 ! Fantastique chevauchée au rythme moyen de 7% par an, soit une multiplication par 20 sur 45 ans (hors dividendes).

De nombreux commentateurs soulignent que cette hausse est due à la baisse continue des taux d'intérêt depuis plus d'un quart de siècle, que ce mouvement de baisse touche à la fin, et sera suivi des hausses irrépressibles qui n'augure rien de bon pour les marchés actions.

Certes ! Mais n'oublions pas non plus que les bénéfices ont progressé grâce aux effets conjoints de la mondialisation, de la technique et de la digitalisation, et que ces mouvements sont loin d'être terminés.

A cela devrait s'ajouter la baisse des impôts sur les sociétés que Donald Trump a promis (de 35% à 25%) ce qui mécaniquement fera baisser d'un tiers les P/E (rapport cours/bénéfices) et sera un excellent antidote à cette hausse des taux tant redoutée.

Et les Européens pourraient eux aussi suivre l'exemple américain de baisse des impôts dans les sociétés...

Le monde d'aujourd'hui est bien incertain mais les marchés actions nous délivrent des nouvelles qui incitent à l'optimisme.