conjoncture

Tous les étés ne se ressemblent pas

L'été s'éloigne et nous sommes presque soulagés de ne pas avoir subi les mêmes turbulences qu'en 2015. Souvenez-vous, les bourses mondiales avaient réagi très négativement à la perspective d'une possible et imminente première hausse de taux par la Fed alors que des craintes sur la croissance mondiale s'exacerbaient, se reflétant notamment dans une forte chute du prix du pétrole...

Les questions qui dominent le marché sont pourtant similaires

En août 2015 le CAC avait perdu plus de 8% sur le mois. En 2016, la presque stabilité des bourses peut rassurer, d'autant plus que les craintes associées au Brexit avaient poussé certains à prédire le pire. Néanmoins, une année après, les questions qui dominent les marchés restent assez similaires. Alors que la Fed a monté ses taux directeurs en décembre dernier, pour la première fois depuis plus de 10 ans, nous attendons la poursuite de ce mouvement. C'est la dynamique de la hausse qui sera le plus important pour tous les acteurs. Pour l'instant, les anticipations sont pour une hausse très graduelle des taux directeurs, mais tout de même plus rapide que le rythme actuel. Mais tout changement brutal affectera les marchés.

Les politiques des Banques centrales au cœur des interrogations

Certes, en Europe, nous pourrons toujours compter sur la BCE qui devrait encore conserver une politique monétaire très accommodante, même si le sentiment qui gagne sur les marchés est que nous avons atteint la limite de ce qui peut être fait en ce domaine. En effet, outre les limites sur les montants d'actifs que la Banque centrale peut acheter, il se pose la question de savoir si les effets négatifs de cette politique ne l'emportent pas sur les positifs. Ainsi, par exemple, avec des taux négatifs sur près de la moitié des emprunts d'État des pays de la zone, les épargnants comme les investisseurs institutionnels souffrent d'une rémunération inexistante de leurs actifs et ils pourraient être poussés à prendre des risques inconsidérés. Par ailleurs, la croissance reste fragile même si elle persiste.

L'importance de rester vigilant sur les marchés

Pour conclure, le calme de cet été ne doit pas nous faire oublier l'importance de rester vigilants sur les marchés, soulignant la nécessité de diversifier les portefeuilles afin de naviguer dans une conjoncture économie mondiale toujours fragile. Chercher la sécurité reste primordial, notamment en privilégiant les valeurs de rendement, mais aussi en cherchant à s'exposer aux valeurs qui représentent la croissance de demain, dont de nombreuses se trouvent toujours dans le secteur de la technologie.