XX/XX/2015

Interview Webcam |

Bureaux de représentation : La Hongrie

Le CIC accompagne les entreprises françaises qui souhaitent se développer sur de nouveaux marchés avec l'appui de ses 40 bureaux de représentation à travers le monde. Nos représentants à l'étranger parlent de leur pays, des tendances du marché, de l'intérêt pour une entreprise française de s'y développer et de leur expérience sur le terrain...

Transcription de la vidéo

La situation économique

Présentation

KM : Bonjour, je suis Kalman Marton, Hongrois de naissance, et je suis impliqué dans les affaires du bureau de Budapest depuis 1992.

Question 1 : En quelques mots, comment définiriez-vous la situation économique de la Hongrie ?

KM : Nous avons de bonnes raisons d'être optimistes si l'on regarde les données macro-économiques. Le déficit public 2012 s'affiche à 1,9%. Le 7e plus bas parmi les 27 pays de l'Union européenne. Sur les 12 derniers mois, le secteur de la production a connu une croissance de 7,2% et les salaires nets une augmentation de 1,2%.

Les opportunités pour une entreprise française

Question 2 : Quel est selon vous l'intérêt pour une entreprise française de se développer en Hongrie ?

KM : Tout d'abord, que ce soit directement par une filiale implantée ou par l'intermédiaire d'un partenaire commercial local, on peut très bien envisager de rayonner vers les 7 pays voisins, dont certains ne sont pas encore membres de l'Union Européenne donc ne font pas partie encore de l'espace Schengen.

Question 3 : Comment se situe la place de la France parmi les fournisseurs de la Hongrie ?

KM : La France est actuellement le 8e fournisseur de la Hongrie, avec près de 5 800 sociétés françaises qui exportent déjà. Mais je suis persuadé que le marché réserve encore de nombreuses opportunités dans pratiquement tous les domaines d'activité. On peut trouver des débouchés intéressants, notamment avec des produits de niche. En effet, les 10 millions de Hongrois, sont très curieux de nature, aiment découvrir les nouveautés, suivent la mode, s'alignent sur les tendances... les contacts commerciaux sont possibles dans les deux sens, aussi bien à la vente qu'à l'achat puisque les fabricants hongrois peuvent être des fournisseurs de produits de qualité. Et n'oublions surtout pas la sous-traitance, surtout si on vise les articles à forte valeur ajoutée.

L'accompagnement du bureau de représentation

Question 4 : Comment accompagnez-vous le développement de ces entreprises françaises ?

KM : J'aimerais vous donner deux exemples concrets. Le premier concerne un distributeur de groupes électrogènes d'occasion. Nous avons approché des distributeurs susceptibles d'être intéressés par ce type de produits, et nous avons, au fur et à mesure que nous avons progressé dans le dossier, découvert qu'il y avait une demande importante. Imaginez que le succès a été si rapide qu'à peine nous avons commencé nos actions, le client a décroché une première commande et il poursuit des ventes régulières depuis son séjour personnel de prospection commerciale que nous lui avons mis en place pour rencontrer les sociétés hongroises intéressées. Le deuxième exemple touche un domaine particulier : le tourisme dentaire qui est une priorité de gouvernement ; le client en question propose un logiciel de compression d'imagerie médicale, extrêmement sophistiqué et performant, qui sert à transmettre des images comme des radiographies ou des échographies directement sur des téléphones portables, via internet, ce sont donc des images comprimées. Et actuellement le client est donc aujourd'hui en phase de négociations très avancées avec un distributeur bien introduit. Et le client en question a de fortes chances que les cabinets de liaison actuellement en création dans les grandes capitales européennes soient équipées par son logiciel.

Question 5 : Vous proposez également un accompagnement bancaire ?

KM : Bien que nous n'ayons pas d'activité bancaire directe en Hongrie, nous participons tout de même à des opérations de financement, d'ouverture de comptes, de garanties et de flux, en collaboration avec les banques locales.

Les conseils pour bien mener un premier rendez-vous

Question 6 : Pour finir, quel est votre conseil pour bien mener un premier rendez-vous commercial ?

KM : J'aimerais donner quelques recommandations qui me paraissent cardinales pour un premier rendez-vous. Déjà, la ponctualité est primordiale. Lors d'un premier contact, l'interprétariat s'avère nécessaire dans la majorité des cas. N'oubliez pas que la langue hongroise est très particulière. L'homme d'affaires hongrois ayant un agenda bien rempli, la présentation doit être courte mais informative. Il faut faire très attention au respect de l'étiquette, donc aux manières. Faites preuve de bonne humeur, adaptez la stratégie commerciale aux particularités du marché. Et enfin, attention à la susceptibilité des Hongrois. Un exemple concret : aux entretiens, situez bien la Hongrie en Europe centrale et non pas en Europe de l'Est.

KM : (en hongrois) : À très bientôt en Hongrie !

Repères économiques en 2014

  • PIB/habitant :13 881$
  • Inflation : -0,2%
  • Taux de chômage : 7,7%
  • Relation bilatérale avec la France : D'après les statistiques des douanes françaises, en 2013, la Hongrie représente 0,7% des exportations françaises (2,9 Mrd$) et 0,6% des importations françaises (3,1 Mrd$). En 2013, la Hongrie est ainsi le 27e  client et 32e fournisseur. Pour la Hongrie, la France est le 6e marché à l'exportation (4,48% des exportations hongroises) et son 10e fournisseur (3,55% des importations hongroises).
  • Taux de croissance en 2014 : 3,6%
  • Prévision de croissance en 2015 : 2,9%
  • Exportations : 108 Mrd$
  • Importations : 102 Mrd$
  • Balance commerciale : 6 Mrd$ (soit 4% du PIB)