XX/XX/2015
Entreprises Dossiers Financer l?entreprise innovante

Haut de bilan |

Financer l'entreprise innovante

Développement d'un nouveau produit, conquête de marchés à l'international... l'entreprise innovante a des besoins de financements importants à des étapes-clés de sa vie. Comment se finance-t-elle ? Les réponses de Pierre Tiers, Karine Lignel et Stéphane Pesqué, CM-CIC Investissement (ex CM-CIC Capital Finance).

Transcription de la vidéo

Financer l'entreprise innovante

Pierre Tiers : CM-CIC Capital Finance offre deux solutions, selon le degré de maturité des entreprises. La première s'appelle CM-CIC Capital  Innovation. Cette société va investir sur son propre capital et elle va plutôt privilégier des projets d'entreprise à fort contenu technologique. Et puis notre deuxième offre, celle de CM-CIC Capital Privé, elle se réalise par une filiale qui va investir pour compte de tiers à partir de FCPI qui auront été souscrits par des particuliers.

CM-CIC Innovation

Karine Lignel : Une entreprise innovante a des besoins financiers dus à ses étapes-clés de développement : que ce soit la mise sur le marché d'un produit, la fin du développement ou l'internationalisation. Dans ce cadre-là, il y a des besoins de financements qui sont assez importants et c'est à cette occasion-là qu'elle vient nous voir, au capital-risque technologique, pour les accompagner dans l'une de ces étapes.

Pierre Tiers : CM-CIC Capital Innovation pourra prendre le projet dès l'amorçage, mais l'accompagnera opération par opération. L'objectif de cette intervention, c'est d'accompagner cette entreprise jusqu'à son saut technologique réussi.

Karine Lignel : On ne peut absolument pas donner de moyenne ou de règle générale. Cela dépend d'une part du montant qui est recherché et, d'autre part, de la valeur de l'entreprise. Et la valeur de l'entreprise est l'un des grands sujets de ce financement de l'innovation puisque cela dépend du stade et évidemment, on parie sur la valeur à terme de l'entreprise. Donc on ne peut pas dire qu'on va rentrer à tel ou tel pourcentage du capital. En revanche, ce que l'on peut dire, c'est que nous sommes toujours minoritaires.

Karine Lignel : Nous avons une équipe qui a beaucoup d'expérience dans ce métier, nous avons donc accompagné un certain nombre d'entreprises innovantes dans ces étapes-clés de développement, ce qui est important pour le chef d'entreprise, qui est toujours un peu seul.

Nous pouvons donc l'accompagner, l'aider et le soutenir dans ces étapes, notamment en termes de stratégie, en terme de réflexion, et nous pouvons également lui faire bénéficier de notre réseau dans un certain nombre de sujets qui sont importants pour lui. Donc il n'est pas seulement question de financement mais d'accompagnement et de soutien.

Karine Lignel : Le plus souvent, ce sont des rachats industriels par de gros groupes qui n'ont pas pu développer cette innovation en interne et qui la recherchent donc à l'extérieur.

Pierre Tiers : Le fait que CM-CIC Capital Innovation utilise ses fonds propres lui permet d'accompagner sur une durée plus longue les besoins de développement d'une entreprise. Alors que l'intervention de CM-CIC Capital Privé, qui utilise des fonds levés, les fameux FCPI, a contractuellement un retour de ce capital à faire au souscripteur dans un délai donné. Et donc qui limite mécaniquement l'accompagnement sur une durée au delà de 5 à 7 ans.

CM-CIC Capital Privé

Stéphane Pesqué : L'intérêt premier d'avoir recours à un FCPI, c'est un apport de fonds qui va permettre à la société de développer ses produits, de se développer plus vite qu'elle n'aurait pu sans apport de capital.

Pierre Tiers : Là, cette société va plutôt privilégier des entreprises innovantes mais déjà matures, qui auront confirmé la réalité de l'offre de service, sur un marché déjà potentiel.

Stéphane Pesqué : Il faut voir cela plutôt comme un partenariat entre un investisseur et un entrepreneur, c'est à dire que cela va être du conseil sur des axes de stratégie du développement, ça va être une structuration de la gouvernance, une structuration sur les différents éléments de reporting financier qui va permettre de suivre, dans la durée, l'évolution du développement de la société.

Stéphane Pesqué : C'est toujours une question difficile, chaque cas étant particulier, mais il est clair que compte tenu du secteur, on parle de sociétés relativement jeunes, avec des profils de risque relativement élevés et il est clair que plus le profil de risque sera perçu comme élevé, plus la part de capital de la société par le fonds pourra être élevée.

La sortie du capital peut s'opérer de différentes manières :
cela peut être purement et simplement une sortie industrielle, c'est à dire qu'on cède l'entreprise à un acteur du secteur, qu'il soit national ou international
cela peut être une introduction en Bourse, si le parcours de la société le permet
cela peut être une opération de LBO, c'est à dire une opération avec un effet de levier, si la rentabilité est au rendez-vous
cela peut être une opération qu'on appelle secondaire, c'est à dire que la position de l'investisseur est cédée à un autre fonds d'investissement.

Pierre Tiers : Alors on a vu que les deux offres sont spécifiques. La première, CM-CIC Capital Innovation s'adresse aux plus jeunes projets, la seconde est plutôt sur des entreprises plus matures. Pour autant, les interventions peuvent se faire de en parallèle et sont complètement complémentaires, notamment au moment où l'entreprise en est à son stade de validation du concept, de développement du marché.