Famille |

Comment anticiper le financement des études de vos enfants ?

Utiliser la palette des placements disponible

Dès son plus jeune âge, vous pouvez ouvrir un Livret A au nom de l'enfant, alimenté périodiquement par vos versements, selon votre capacité d'épargne, ou ceux des grands-parents.

<^>Si vous souhaitez mettre de l'argent très régulièrement de côté, vous pouvez opter pour un Plan d'Épargne Logement ou un contrat d'assurance-vie. Sur ce dernier support, il faudra choisir un contrat multisupport, avec une partie de fonds en euros, pouvant être dynamisée par des unités de compte en actions et obligations, puisque le placement est de long terme.

Des dons d'argent à la majorité de l'enfant

Parents, grands-parents et même arrière-grands-parents ont la possibilité de réaliser des dons d'argent à leurs descendants. Ces dons sont exonérés de droits de mutation à titre gratuit, dans la limite de 31 865 € tous les 15 ans, par ascendant et par descendant.

Pour bénéficier de cette exonération, deux conditions doivent être remplies :

  • le donateur doit être âgé de moins de 80 ans
  • le bénéficiaire doit être majeur (ou avoir fait l'objet d'une mesure d'émancipation).

La donation temporaire d'usufruit

Si vous disposez d'un patrimoine immobilier et/ou d'un portefeuille de valeurs mobilières conséquent, vous pouvez donner temporairement l'usufruit d'un bien immobilier ou d'un portefeuille-titres à vos enfants majeurs non rattachés à votre foyer fiscal.

Ces derniers disposeront ainsi des revenus des biens donnés pour financer leurs études. Cette autonomie les rendra éventuellement imposables à l'impôt sur le revenu, mais dans les premières tranches du barème fiscal.

Quant à vous, parents devenus nus propriétaires, vous verrez à la fois votre IR et votre ISF s'alléger. Au terme de l'usufruit temporaire, vous retrouverez la pleine propriété de votre bien, sans frottement fiscal, et les études de l'enfant auront été financées.

Recourir au crédit étudiant

Il s'agit d'un crédit à la consommation dont la durée est étudiée pour permettre au jeune étudiant de faire face aux échéances. Ces dernières peuvent faire l'objet d'une franchise partielle ou totale, c'est-à-dire d'un différé de paiement au jour où il commencera à exercer une activité professionnelle.