Responsabilité : attention aux débordements lors des soirées étudiantes !

Pour que la responsabilité civile d’une association soit engagée, trois éléments doivent être réunis : un fait dommageable, un préjudice et un lien de causalité entre les deux.

Temps de lecture : 2 min

Une étudiante en école de commerce a participé à un séjour proposé par une association d’étudiants – précisément par le bureau des élèves de ladite école – dans une station de ski. Après avoir pris part en début de soirée à un apéritif organisé par l’association, elle a rejoint un appartement mis à la disposition des étudiants. Fortement alcoolisée, elle a, au cours de la nuit, enjambé une rambarde pour accéder à l’escalier extérieur de l’immeuble, perdu l’équilibre, chuté de deux étages et s’est gravement blessée.

Elle poursuit l’association en responsabilité, soutenant que celle-ci a manqué à son obligation contractuelle de sécurité. Sa demande est rejetée : la Cour de cassation considère que l’association ne faisait pas l’apologie d’une consommation excessive d’alcool et que l’existence d’une faute de l’association en lien causal avec l’accident n’était pas établie.

Partager cet article

Besoin d'aide ?

Votre conseiller est à vos côtés pour vous accompagner
Contacter votre conseiller

Nos conseils

  • Moyens de paiement

    Arnaques : attention aux réseaux sociaux

    Les services de l’État et les autorités de contrôle s’associent pour appeler à la vigilance et proposer des fiches préventives d’identification des fraudes.

  • Informations

    Alerte démarchage frauduleux

    Certains de nos clients sont démarchés par téléphone ou e-mail par une société qui prétend opérer pour le mainteneur ou le constructeur de leur(s) TPE ou même pour le CIC. Nous ne sommes en aucun cas à l’origine de ces sollicitations.

  • Retrouver tous les articles