Retraite

Préparer votre retraite à tous les âges

25% de baisse de revenus en moyenne1

Si la retraite peut sembler lointaine à certains actifs, il est cependant essentiel de se pencher sur la question bien avant la fin de sa vie professionnelle. Et pour cause, on estime en moyenne à 75% du revenu d'activité, le montant de la pension de retraite. Un chiffre qui peut également s'avérer plus bas pour certaines professions, dont les professions libérales. Voici comment et à quel moment anticiper cette baisse.

À partir de 35 ans : priorité à la résidence principale

À partir de 35 ans et tous les 5 ans, chaque actif reçoit un relevé de situation individuelle. Ce document, envoyé par la Caisse de retraite de chaque assuré, récapitule :

  • les droits acquis jusque-là
  • les régimes auxquels l'assuré a cotisé
  • les revenus qui entrent dans le calcul de la future pension
  • le nombre de trimestres et de points cumulés
  • les événements (congé maternité, chômage...) pouvant avoir des conséquences sur le montant de la future pension.

Si, à cet âge, le départ à la retraite peut encore sembler lointain, ce relevé doit permettre de commencer à l'envisager et à anticiper la baisse de ses revenus.

C'est le moment idéal pour se lancer dans l'acquisition de sa résidence principale et ainsi, commencer à se constituer un patrimoine qui permettra de faire baisser ses charges à la retraite.

À partir de 40 ans : l'épargne retraite

71% des Français se déclarent inquiets pour leur retraite avec, en tête des préoccupations, la peur de « manquer d'argent »2. Un chiffre qui peut expliquer que 55% des actifs épargnent pour leur retraite future3.

Jusque-là, différents supports étaient accessibles, parmi lesquels les PERP (Plan épargne retraite populaire), les PERCO (Plan épargne retraite collectif), ou encore les contrats Madelin (destinés aux travailleurs non salariés).

La loi PACTE (Plan d'Action pour la Croissance et la Transformation de l'Entreprise) de 2019 a sonné la fin de ces contrats, qui ne seront plus proposés à partir du 1er octobre 2020. Ils sont remplacés, depuis le 1er octobre 2019, par les Plans d'épargne retraite (PER). Les détenteurs de ces anciens produits pourront soit les conserver soit les transférer dans un PER.

Les quadras peuvent également se constituer un capital avec des placements traditionnels, tels que l'assurance-vie ou encore les PEA (Plan d'épargne en actions), sous réserve de la bonne adéquation avec le profil d'investisseur, la situation financière globale et les objectifs patrimoniaux.

Si vous bénéficiez d'épargne salariale (PEE, PERCO et et PERECOL) dans votre entreprise, alors vous pouvez renforcer cette épargne.

À noter : les plans d'épargne salariale peuvent être mis en place par un chef d'entreprise à partir du moment où celui-ci emploie au moins un salarié.

À partir de 50 ans : faites le point et diversifiez

Il est temps de faire le point sur les dispositifs d'épargne mis en place jusque-là. Cela passe en premier lieu par le fait de réaliser des versements complémentaires, plus régulièrement.

Le PER : il ouvre des droits à avantages fiscaux au titre de l'impôt sur le revenu, les sommes versées dans le PER pouvant être déduites de son revenu imposable, dans une certaine limite.

L'assurance-vie : épargne chouchou des Français4, sous réserve de la bonne adéquation avec le profil d'investisseur, la situation financière globale et les objectifs patrimoniaux.

Elle offre l'avantage de bénéficier d'un taux d'imposition réduit sur les produits en cas de rachat au-delà de certaines durées de détention. Ainsi, après la 8e année, les intérêts ne sont pas imposés dans la limite d'un abattement annuel de 4 600 € pour une personne seule et 9 200 € pour un couple5.

L'immobilier locatif : dans l'objectif de diversifier son épargne avec des placements plus dynamiques, il est possible d'investir dans la pierre. Ce type d'investissement permet de générer un complément de revenus au travers, notamment du dispositif Pinel, pouvant offrir dans le même temps la possibilité d'une réduction d'impôt sur le revenu.

À partir de 60 ans : Sécurisez vos placements

Vous devez vous assurer que vous pouvez disposer du complément de revenus dont vous avez besoin, à court terme, sous la forme d'une rente viagère. Rien ne vous empêche cependant de maintenir un effort d'épargne sur des fonds dynamiques, épargne qui vous servira en deuxième partie de retraite.

Si vous êtes chef d'entreprise, c'est le moment de penser à la cession/revente de votre entreprise, qui constituera un bon moyen de compenser la baisse de vos revenus. Pour être réussie, cette opération doit être bien anticipée. Parlez-en avec votre conseiller, nous pouvons vous accompagner.

1 Selon la DREES - étude de 2016.

2 Étude IPSOS 2019.

3 Étude du cabinet Deloitte 2016.

4 Étude IPSOS : Les Français, l'épargne et la retraite, de 2019.

5 Au-delà de cet abattement, les intérêts sont assujettis à l'impôt sur le revenu ou soumis au prélèvement libératoire de 7,5% lorsque le montant total de l'encours en assurance-vie ne dépasse pas 150 000 €.